Actualités

Moteur de recherche
Le 29 octobre 2010
pour doter la France d’une stratégie nationale d’Education à l’Environnement et au Développement Durable (EEDD)

Une eau, une alimentation et un air sains, une biodiversité ordinaire et riche dans les villes comme dans les campagnes, des arbres, des papillons, des oiseaux, des fleurs, mais aussi l’éducation, la culture, la solidarité… tous les citoyens du Monde ont le droit à cela.

Pourtant, tous les jours à la Une pour des raisons catastrophiques, l’actualité environnementale (le Danube en est le dernier exemple) oblige à nous poser la question cruciale : de quelle autre façon pouvons-nous habiter la Terre tous ensemble ?

Nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus supporter le saccage de la Terre, à ne plus supporter l’idée que les poissons disparaissent des océans, que les forêts tropicales continuent d’être détruites, que des mers s’assèchent, que des territoires irradiés deviennent inhabitables, que des millions d’êtres humains envisagent leur exil face à la montée des eaux ou encore qu’un milliard d’entre eux souffrent tous les jours de la faim… Tout cela n’est pas opposable, tout est lié au contraire.

Pour préserver et rétablir la richesse des milieux naturels comme des terres agricoles vivrières, pour lutter contre les changements climatiques, pour mettre fin à toutes les pollutions qui compromettent notre santé et les écosystèmes, nous devons habiter autrement la Terre et modifier profondément le lien entre l’Homme et la nature. Cette idée très ancrée dans la culture occidentale de l’Homme « maître et possesseur de la nature » ne peut plus perdurer, les conséquences en sont trop graves.


Un nouveau triptyque Homme – Culture - Nature est à inventer.

L’attention est la première qualité nécessaire si nous voulons vivre demain dans un environnement sain, mais le plus important réside dans la participation citoyenne. Ce n’est un mystère pour personne : là où la démocratie est vive, l’environnement est le mieux sauvegardé. Dans ce couple, l’éducation joue un rôle primordial.


Mieux vivre ensemble entre humains et avec la nature : l’éducation à l’environnement est une réponse.

Les pionniers de l’animation de plein air et de nature ont fait les premiers pas avec des groupes d’enfants et d’adultes. Privilégiant la pratique du terrain, le travail de groupe, l’expérimentation et l’exercice du débat, ils ont expérimenté des pédagogies développant en particulier l’attention et la participation.

Découverte des milieux, du cycle de la matière ou des énergies, des circuits urbains et naturels de l’eau, mobilité, transport, alimentation, jardinage, solidarité internationale,… les thèmes sont multiples. Clubs nature, échanges internationaux, chantiers de jeunes, camps nature, jardins pédagogiques, classes vertes mais aussi formation des salariés, informations des usagers : les cadres d’actions sont innombrables et chaque jour plus variés.

Cette Education à l’environnement (EE) nouvelle, active, vivante, souvent artistique mobilise le cerveau et les sciences. Autant que l’esprit, elle investit le cœur et la main, pour passer le savoir et apprendre mieux.

L’Education à l’environnement et au développement durable n’agit pas au bénéfice d’une nouvelle idéologie. Elle questionne, en outre, le mot « développement » qui porte en lui le germe de la non-durabilité quand il se résume à sa dimension économique. Cette Education forge l’esprit critique.


Des acteurs dans les territoires se mobilisent pour une reconnaissance et des moyens.

Ici et là, des territoires se concertent et mettent en place des actions pertinentes et significatives.

Le niveau national lui n’est toujours pas doté d’une politique pour l’EEDD, dans tous les cas les moyens sont largement insignifiants au regard des enjeux. Et ce, malgré les engagements de Rio en 1992, malgré l’inscription de l’éducation et de la formation dans la charte constitutionnelle française de l’Environnement, malgré hélas encore le Grenelle de l’environnement ou la généralisation de l’éducation au développement durable dans l’Ecole.


Des Assises territoriales et nationales pour porter les enjeux de l’éducation à l’environnement en France.

Pour faire progresser ces idées et ces actions, la société civile et ses partenaires organisent des Assises dédiées à l’éducation à l’environnement depuis 1997.

En 2000 à Lille, plus de mille professionnels et militants, rassemblés loin des projecteurs, co construisent un Plan National d’Action pour l’EE., dont l’application n’a malheureusement pas été à la hauteur des attentes.

De 2007 à 2009, les mêmes acteurs mieux organisés, reprennent l’initiative après des années de colloques proposés par l’Etat qui n’auront mené nulle part. En deux ans, au travers de 65 assises en territoires toutes les parties prenantes, soient plus de 6000 personnes, se mobilisent pour œuvrer à la construction d’une politique d’EEDD volontaire et cohérente pour la France.

Le point d’orgue réunit 900 personnes lors des Assises nationales à Caen en octobre 2009 : des dizaines de recommandations construites collectivement ; un appel rédigé et proclamé ; un document cadre donnant naissance à l’Espace National de Concertation pour l’EEDD signé par l’Etat (représentants de Mr Borloo, Ministre d’Etat et Ministre de l’Ecologie, et M. Hirsch, Haut-Commissariat à la Jeunesse), des collectivités (dont Laurent Beauvais, Président de la région Basse Normandie pour l’Association des Régions de France) et 25 autres signataires parmi lesquelles des associations d’éducation à l’environnement, un syndicat d’enseignants, une plateforme territoriale, une entreprise.

Déjà certains préparent de nouvelles assises pour 2012 et 2013 et rêvent d’un réseau international efficace et d’un Espace Européen de Concertation. Ce sont aujourd’hui des nécessités pour que les avancées soient réelles et pas seulement dans les discours.


Aujourd'hui !

Le 29 octobre 2010, 300 acteurs impliqués dans les territoires et à l’échelle nationale, se mobilisent au palais d’Iéna siège du Conseil Economique, Social et Environnemental pour combler cette lacune laissée par le Grenelle de l’environnement et se donner des perspectives communes pour des actions de sensibilisation, d’information, de formation et d’éducation à l’environnement en direction de tous les citoyens.

L’éducation à l’environnement et au développement durable est une éducation de tous, tout au long de la vie. Sa mise en œuvre est urgente. L’engagement de tous est nécessaire et possible.

« L’éducation et la formation à l’environnement doivent contribuer à l’exercice des droits et devoirs définis dans la charte de l’Environnement », c’est la Constitution de la République française qui l’affirme en nous donnant raison !


Consulter la liste complète des signataires

264 signatures - liste au 22 décembre - 11h